Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Course en ligne : Interview de Maxime Beaumont vice-champion du monde

Vice-champion du monde du K1 200m dimanche, Maxime Beaumont est de retour en France, chez lui, à Boulogne sur Mer. Le kayakiste boulonnais a retrouvé sa famille et il a pris le temps de revenir sur sa médaille mondiale en K1, sa première en monoplace, mais aussi sur sa belle saison. Vainqueur de deux manches de Coupe du Monde en K1, il a aussi terminé 4ème de ces mondiaux en K2 200m avec Sébastien Jouve. Avec son coéquipier, il se projette déjà vers Rio, car les deux garçons ont ouvert le quota olympique à Milan lors de ces championnats du monde.
Retour sur ces mondiaux, avec un brin de déception pour Maxime Beaumont, qui malgré sa belle médaille, en veut toujours plus.

Raconte nous ta finale du K1 200m.
Maxime Beaumont : « Je fais un départ correct, sans trop anticiper, ce n’est pas le meilleur de ma saison. A côté de moi Mark De Jonge part très vite et cela me perturbe. J’ai commencé à me focaliser sur lui ce qui lui permet de prendre le large. Ensuite je reviens dans ma course, je me remets en place, et cela me permet de remonter mais pas de passer devant. Cette course me frustre un peu, le résultat est bon mais pas la construction de ma course. Il faudra se servir de cette expérience pour 2016.

Qu’est ce qui te manque pour aller chercher l’or ?
M.B : « En K1, il me manque de la concentration, ça peut paraître étonnant de dire ça après une finale mondiale. Mais je vais devoir travailler pour être prêt sur mes départs et bien rester dans mon projet de course. Je dois apprendre à limiter cette influence des éléments extérieurs sur ma course, être capable de revenir plus vite sur mon projet. Par contre je pense qu’on est dans le vrai sur la préparation.
En K2, techniquement on voulait avoir un train de course plus puissant, on a réussi, maintenant on va devoir retravailler le départ.

Quelles sont tes impressions après cette médaille, toi qui courrait après un podium en monoplace depuis quelques années et de nombreuses places de 4ème ?
M.B : « Je ne me dis pas « enfin » j’en ai une. Je suis surtout content de passer un cap en K1 sur les Coupes du monde puis sur les mondiaux. J’ai fait des 4ème place, mais la marche n’est pas très grande entre 4ème et le podium, maintenant je suis content d’arriver à m’exprimer de manière plus régulière au plus haut niveau. Avant j’étais capable de sortir une belle course, puis d’être moins bon derrière. Sur ces mondiaux j’ai fait cinq bonnes courses sur six, et la moins bonne me donne l’argent. Je suis heureux, le travail paie et me permet de produire ce que je veux et ce que je vaux.

Quel bilan fais-tu de cette saison 2015 ?
M.B : « C’est une très bonne saison avec deux victoires en Coupe du monde (Montemor et Duisburg), une médaille de bronze en K2 à Montemor, et cette médaille d’argent à Milan. Le bilan est très positif car je voulais au minimum un quota, je ramène un quota et une médaille. Je ne réalise pas bien encore car je traine encore un peu de déception de ma finale du K1, mais je suis satisfait.

Tu as mené un projet en K2 et en K1, est-ce que c’était compliqué pour toi à organiser ?
M.B : « Non, car le programme est organisé pour faciliter ce doublage. La machine s’est un peu enrayée lorsqu’on a du recourir la finale du K2, car cela faisait une course de plus et de la récupération en moins, mais on l’a bien géré. J’avais une grosse demi-finale en K1 et je m’en suis sorti. L’objectif principal c’était le K2 et je crois que notre quota m’a libéré, car en monoplace je me sentais plus serein, plus décontracté, mais cela vient peut-être, aussi, de mes victoires en Coupe du monde qui m’ont apporté de la confiance.

Tu pars à Rio la semaine prochaine pour le Test Event, comment abordes-tu cette course ?
M.B : « J’y vais surtout pour prendre des repères par rapport à l’environnement, le site, le bassin. La course n’est pas un objectif en soit, j’y vais sans pression.

As-tu déjà une idée de la façon dont tu vas préparer Rio 2016 ?
M.B : « On conserve notre projet de K2 200m avec Sébastien Jouve. Ce n’est pas incompatible de faire le K1 et je vais continuer à travailler pour augmenter ma valeur individuelle. Mais il y a un rendez-vous incontournable, ce sont les piges, le meilleur fera le monoplace aux Jeux olympiques. Avec notre entraîneur, François During, on va profiter du déplacement à Rio pour débriefer cette saison et préparer la prochaine.

Tu as prévu un peu de vacances après cette belle saison ?
M.B : « Je me repose cette semaine, tout en m’entretenant pour Rio (4-6 septembre). La semaine après Rio je vais faire la compétition de l’ICF à Hambourg, sur un format de canal sprint. Ce sont des oppositions par deux, sur invitation, sur 200m ou 1000m, les vainqueurs respectifs s’affronteront sur 500m. Ensuite je ferai sûrement les championnats de France de marathon pour mon club qui a besoin de points, en K1 et en K2. Et la saison reprendra doucement. Je vais devoir bien gérer cette période pour bien récupérer et profiter de ma famille. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *