Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Course en ligne : entre sprint et histoire

Après trois ans sans régate, Saint Laurent Blangy a renoué avec sa Régate internationale du Pas de Calais. Le format a changé, le lieu a changé, la date a changé, mais pas la qualité de l’organisation du club immercurien.

Samedi 4 et dimanche 5 novembre avait lieu la 19ème édition de la Régate internationale du Pas de Calais qui avait disparu du calendrier depuis l’annulation de janvier 2014, pour cause d’envasement du bassin. Au menu cette année, des sprints en monoplace le samedi et en équipage mixte (C4, K4 et C9) le dimanche.

Cette manifestation entrait dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre et a ainsi permis de réunir des athlètes de nations ayant pris part aux batailles de l’Artois. On a ainsi vu des délégations canadienne, tunisienne, biélorusse, australienne et allemande. « Les athlètes étrangers, notamment les Canadiens du club de Trois Rivières sont arrivés une semaine avant pour un stage en commun, explique Olivier Bayle le président du club. » Le samedi matin et le dimanche matin étaient aussi consacrés aux commémorations pour que les jeunes athlètes prennent conscience du passé de la terre d’Artois avec à la Première Guerre Mondiale. Toutes les délégations étaient donc à Lorette pour la visite de l’Anneau de la Mémoire dimanche matin.

Côté sportif le nouveau format de course était un sprint de 150m sur 4 couloirs avec séries, 1/4, 1/2 et finales en monoplace le samedi avec des finales à deux, de nuit pour plus de sensations et de spectacle. Entre les athlètes étrangers et les clubs français qui ont fait le déplacement, ils étaient près de 160 au départ de cette nouvelle formule de course. Chez les dames, Laura Ruiz s’impose en C1, Léa Jamelot en kayak, alors que chez les hommes Thomas Simart, le local, gagne en C1 et Franck Le Moel en kayak. « On voulait des finales le soir pour que ce soit attractif, on a installé un écran pour que tout le monde puisse bien voir, on espère avoir convaincu, détaille Olivier Bayle. »

Le dimanche après-midi était consacré aux courses d’équipage, un beau moment de partage et d’émotions. « On est content de cette édition, se satisfait Olivier Bayle. On espère que la régate continuera l’an prochain, même si on ne sait pas encore sur quel bassin. » Cependant ce format de sprint et cette date, à la fin des vacances de la Toussaint, semble plus attrayante que le dernier week-end de janvier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *