Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Descente : tout reste à faire pour les Bleus

Les championnats du monde de descente sprint ont débuté ce samedi avec les qualifications sur le bassin de Vienne en Autriche. L’équipe de France a signé une belle performance en plaçant onze bateaux sur douze en finale et surtout en remportant systématiquement les premières manches de chaque catégorie. Comme pour marquer de leur empreinte ces mondiaux, les Bleus n’ont pas manqué leur entrée.

Les C1 hommes ont ouvert le bal et la bonne nouvelle c’est que l’on a retrouvé Guillaume Alzingre, longtemps leader il termine finalement 3ème et passe directement en finale tout comme Quentin Dazeur, vainqueur de la première manche. Solide depuis le début de la semaine sur ce bassin, le Strasbourgeois est un candidat sérieux au podium, car il semble maitriser son sujet sur ce bassin. Attention tout de même à la sortie de route, comme a pu le voir Normen Weber, l’Allemand. Sorti en première manche, le vainqueur de la Coupe du monde s’est vite ressaisi en signant le meilleur temps des C1 en gagnant la seconde. Côté tricolore seul Antoine Demateis ne passe pas en finale pour ses premiers mondiaux. Sa saison continue tout de même car il sera aux mondiaux U23 aux Etats-Unis cet été, où il se servira sûrement de cette expérience avec les seniors pour performer.
Dans la foulée des garçons les kayaks dames ont mis la main sur la première manche. Claire Bren, à l’aise sur le bassin, a gagné la première qualification. « Je suis contente, avouait-elle, car c’est la première fois que je passe directement en finale. C’est bien mais tout reste à faire demain, il ne faut pas s’enflammer. » Derrière elle, Manon Hostens prend la 3ème place et s’est aussi épargnée une seconde manche. Comme chez les garçons, l’une des leaders de la catégorie, l’Allemande Alke Overbeck est passée à côté de sa première course mais a remis les choses à plats en seconde, signant le meilleur temps. La championne du monde en titre, Constanza Bonaccorsi a aussi du s’y reprendre à deux fois pour accéder en finale, mais elle passe sans convaincre alors qu’à l’entrainement elle semblait à son aise sur le bassin viennois. La jeune Marion Leriche est aussi passée par une deuxième manche pour gagner sa place in extremis, puisqu’elle termine 7ème et dernière sélectionnée, mais l’essentiel est fait.
En kayak homme, les Français ont réalisé de belles performances, Gaëtan Guyonnet signant le meilleur temps de la première manche loin devant un trio de Slovène, ce qui promet en course par équipe. Mais au terme de la première course, Paul Graton et Clément Faure ont du repartir pour un tour, restant au porte de la qualification en terminant 6ème et 7ème. La seconde manche a permis à ce dernier de s’exprimer pleinement et de se placer comme un candidat sérieux au podium. En passent lui aussi sous les 41 secondes, il talonne Gaëtan Guyonnet. Paul Graton a été plus à la peine, en prenant la 9ème place qualificative, il perd peut-être le costume le favori qu’il n’affectionne pas et cela pourrait lui permettre de retrouver sa sérénité pour aborder la finale.
Enfin dans le deuxième groupe de navigation, les tricolores n’ont pas trainé en route. En C2 Louis Lapointe et Tony Debray gagnent la première manche, confortant leur entraîneur dans leur préparation. « On a travaillé pour être capable de faire directement une bonne manche, confie Frédéric Momot le coach des C2, ils ont fait le travail. Ce n’est pas la plus belle, mais finalement l’essentiel c’est de faire une manche qui gagne. » Derrière eux le jeune équipage composé de Damien Mareau et Pierre Troubady prend la 4ème place et s’évite aussi une course de plus.
Même tarif pour Claire Haab en canoë dame qui s’est aussi imposée. « Ce n’est pas ma plus belle descente de la semaine, avouait-elle, car je perd du temps en haut et sur la fin de parcours, mais ça passe. J’arrive à systématiser mes descentes, je suis à l’aise donc c’est bien. J’espérais être devant, c’est la première étape. Demain je serai déçue si je n’arrive pas à descendre à mon niveau. » Avec un chrono sous les 51 secondes, elle devance largement ses adversaires, et après son titre de championne d’Europe, elle peut penser au titre mondial, même si comme pour tout les bateaux de l’équipe de France qualifiés pour les finales, tout reste à faire car les compteurs sont remis à zéro ce dimanche dans la course aux titres.

Malgré ces beaux résultats tricolores on peut regretter une chose pour cette première journée ; la confidentialité dans laquelle la descente semble s’enfermer encore une fois. Ces mondiaux se tiennent bien dans une grande capitale européenne, mais ils restent marginaux. Comme perdus sur cette île au milieu du Danube où est situé le bassin, les spectateurs sont quasi absents, hormis les initiés et la belle délégation tricolore venue soutenir l’équipe de France. Aucune affiche n’annonce l’événement aux alentours, seuls quelques Viennois de passage semblent s’arrêter, attirer par la sono du bassin. Un triste constat pour la discipline et ses athlètes qui se battent sur l’eau.

Ce dimanche les finales individuelles commencent à 10h et dans l’après-midi auront lieu les courses par équipe.
Pour suivre les courses en live rendez-vous ici

Photo : Bruno Dazeur

One Comment

  1. Savard

    27 juin 2015 at 23 h 52 min

    Encouragements et félicitations à l’équipe de France. Pensées particulières à Gaetan Guyonnet (petit gars de la Vienne) depuis le Brésil !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *