Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Paracanoë : La sélection française pour Rio est officielle

En début de semaine le Comité Paralympique de sélection a validé le composition de l’équipe de France de paracanoë qui sera au départ des Jeux Paralympique de Rio. Ils seront quatre kayakistes à participer à cette première paralympiade du paracanoë.
On les avait laissé après les championnats du monde de Duisburg dans l’attente de la validation des quotas acquis en Allemagne, devait alors s’en suivre une approbation par la fédération internationale puis par les instances françaises. Désormais c’est officiel, Agnès Lacheux en KL1, Rémi Boulle en KL1, Martin Farineaux en KL3 et Cindy Moreau en KL3 seront à Rio. Pour Cindy Moreau une interrogation subsiste toujours sur la confirmation de son éligibilité, la procédure étant toujours en cours.
Néanmoins c’est une belle nouvelle pour cette jeune discipline qui a connu de nombreux rebondissement depuis son entrée officielle au programme paralympique. « C’est une belle marque de confiance de la part du Comité Paralympique français, souligne Jean-Christophe Gonneaud le directeur de l’équipe de France. Cela permet de conforter le travail de tout le staff et surtout des athlètes qui ont investi énormément dans leur projet sportif. »
Aux mondiaux de Duisburg, dernière étape pour glaner les précieux quotas, la tâche était pourtant compliquée. La procédure de classification a été longue et périlleuse pour les Français et cela reste une étape cruciale qui induit une pression supplémentaire pour les athlètes. Mais une fois sur l’eau les tricolores ont su se remobiliser pour réaliser de très belles demis-finales puis des finales leur permettant de gagner trois quotas supplémentaires.

Si la France, avec 4 quotas est encore loin de la Grande-Bretagne qui réalise un carton pleine avec 6 quotas pour Rio, elle a atteint son objectif. « C’est l’objectif haut que l’on s’était fixé, confirme Jean-Christophe Gonneaud. Il y a eu beaucoup de changements au cours de ces quatre années et l’équipe de France a toujours eu la capacité de rester concentrée, focalisée sur les objectifs. Je serai vraiment heureux lorsque la procédure pour Cindy Moreau sera achevée. Mais quoiqu’il en soit c’est la solidarité du staff et des athlètes qui a permis cela. Nous on n’a rien gagné, ce sont les athlètes qui ont réussi à gagner ces quotas. La force de cette équipe c’est son hétérogénéité, elle rassemble des individus très différents, avec des histoires, des parcours de vie différents qui ont un but commun. A Rio on va essayer de fédérer encore plus cela pour que chacun puisse s’enrichir un peu plus de l’autre pour réaliser cet objectif qui est à la fois individuel et collectif. »

Les Bleus entament donc leur seconde partie de saison avec un prochain grand rendez-vous à Moscou pour les championnats d’Europe fin juin puis une série de stages. « On se réunira entre 6 et 10 jours toutes les trois semaines pour accentuer la préparation. Ces stages se feront à Temple sur Lot puis à Saint Laurent Blangy. Lorsque l’on sera dans le Nord, on ira aussi naviguer à Gravelines pour se préparer notamment aux temps de transport qu’on vivra à Rio. » A Gravelines, les athlètes seront aussi confrontés à un bassin plus ouvert, plus exposé au vent, comme cela pourrait être le cas à Rio, pour travailler leur adaptabilité.

Crédit photo : Jean-Yves Prigent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *