Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Pau 2017 : Chou blanc pour les Bleus

L’équipe de France clôture les épreuves de slalom sans nouvelle médaille. Ni les kayaks dames, ni les C1 hommes n’ont réussi à se hisser sur le podium. Edern Le Ruyet signe la plus belle performance en terminant 4ème.

Malgré la pluie, le public avait une fois de plus fait le déplacement pour garnir largement le stade d’eau-vive de Pau. L’ambiance était au rendez-vous pour les finales de kayaks dames et de C1 hommes. L’apogée devait être la finale des C1 avec Denis Gargaud, champion olympique 2016 en quête du titre mondial.
Mais le Marseillais n’a pas réussi à réaliser ce doublé tant convoité, titre olympique – titre mondial. Bien engagé dans sa course, il a accumulé trop d’erreurs (4 touches) pour rivaliser. « C’était une fête magnifique, je termine 10ème mais il faut accepter de perdre. Je me sentais bien, mais je n’ai pas fait une grande finale. Sur le haut je touche la 4, puis la 7 donc ensuite j’ai tout envoyé mais je savais que c’était fichu pour le podium. »


La victoire revient à Benjamin Savsek (SLO), malgré une touche, qui a explosé le chrono pour s’imposer avec près d’une seconde et demi d’avance. Derrière lui on retrouve Alexander Slafkovsky (SVK) et l’inusable Michal Martikan (SVK) qui remporte sa 5ème médaille de bronze mondiale.

Edern Le Ruyet : la médaille en chocolat heureuse

La meilleure performance tricolore est l’oeuvre d’Edern Le Ruyet. Le Breton termine au pied du podium pour ses premiers championnats du monde en C1. « Après coup je me dis que j’aurais pu faire mieux, mais je suis content, se réjouissait-il à l’arrivée. Le parcours est compliqué, le bassin exigeant et aujourd’hui mes heures passées ici à m’entrainer ont payé. J’ai réussi à être opportuniste sur cette finale, mais par endroit mes vieux démons sont revenus, en navigant le bateau trop en ancrage. Ce sont mes premiers mondiaux, je n’aurai pas cru terminer 4ème. »

Marie-Zélia Lafont passe à côté

Seule tricolore en finale des kayaks dames, Marie-Zélia Lafont est passée à côté de sa finale, en touchant d’entrée la porte 1. Ensuite les pénalités se sont accumulées, ne lui laissant aucune chance de penser au podium, elle termine finalement 8ème et la déception était grande à l’arrivée. « Cela m’a mis dans le jus directement, ce n’est pas évident. Je ne suis pas infaillible, c’est comme ça. J’espère revenir plus forte et ne plus faire ce genre d’erreur. J’étais un peu tendue au départ, le public était chaud et je suis passée à côté. »

Jessica Fox championne du monde

C’est l’Australienne Jessica Fox qui est sacrée championne du monde. Elle s’est élancée en première position dans cette finale et a signé un gros temps d’entrée, mettant la pression sur toutes ses concurrentes. Elle devance Jana Dukatova (SVK) et Ricarda Funk (GER).
« C’est génial de gagner ici, je voulais le doublé C1 K1, donc hier j’étais déçue de finir 6ème. Aujourd’hui je voulais me lâcher sur l’eau et me faire plaisir, donc je suis contente. Ces dernières années j’ai eu des expériences mitigées à Pau avec des bonnes manches mais je me faisais rattraper par les pénalités. C’est dur de partir en première car l’attente était longue. Je savais que j’avais signé un beau chrono. En tout cas l’ambiance est top, c’est une super organisation. »

Les déçus du jour

La journée avait mal commencé pour l’équipe de France. Première tricolore à s’élancer, Carole Bouzidi (30ème), s’est loupée sur une figure qu’elle maitrise en temps normal ; une erreur qui ne pardonne pas et la gratifie d’un 50 de pénalité à la porte 7. Complètement déconcentrée, elle manque la 11 dans la foulée et voit ses espoirs de finale s’envoler.
Lucie Baudu (26ème), qui participe à ses premiers mondiaux seniors en kayak, était trop juste pour accéder en finale. Ses deux touches aux portes 7 et 12 n’ont rien arrangé, mais cela restera une belle expérience à faire fructifier dans les prochaines saisons.

Déception également pour Martin Thomas en C1, qui termine 12ème de la demi-finale. Auteur d’une manche propre, il a manqué de jus pour se glisser en finale, c’est une déception pour celui qui avait remporté sa première médaille en Coupe du monde à Seu d’Urgell. Il n’est pas le seul parmi les hommes en forme à être passé à la trappe : David Florence et Matej Benus sont passés à côté de la finale.

Crédit photos : Bruno Dazeur / Gotnough

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *