Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Slalom : Jour 2, triplé des C2 français aux qualifications

Peschier Labarelle

Sur un bassin extrêmement changeant et qualifié « de compliqué » par la plupart des athlètes français, de nombreux pièges étaient à éviter pour ce deuxième jour de compétition des championnats du monde de kayak slalom 2014 à Deep Creek (USA). Les qualifications se poursuivaient ce vendredi avec les K1 dames et les C2. Encore un carton plein pour les athlètes tricolores !

Les kayaks dames ont ouvert le bal, Carole Bouzidi la première. La Française se classe 2ème pour sa première manche (113’’31 +0) et termine 7ème des qualifications. Nouria Newman passe de justesse en se classant 20ème à l’issue des qualifications (117 »43 +0). La vice-championne du Monde 2013 a frôlé le cauchemar : « Quelle horreur! Je me suis faite avoir sur des zones difficiles. Je réalise une belle 1ère manche qui me permet de passer. Je pense avoir fait mon quota d’erreurs pour dimanche », déclare à sa sortie de l’eau la kayakiste. Emilie Fer de son côté s’est également mis la pression en terminant 21ème de la première manche (119’’24 +4). « J’ai eu une première manche difficile. J’ai essayé une passe au milieu, en mode qualification, qui ne s’est pas avérée payante. Je l’ai rejoué en 2ème manche mais dans un autre état d’esprit. Face à l’obligation de résultat, je suis plus performante », avoue la championne olympique 2012 qui termine finalement 2ème des qualifications (112’’04 +2). Les compteurs sont remis à zéro pour dimanche à 15h (heure française). D’autre part, la Slovaque, double championne olympique Elena Kaliska a créé la surprise en ne passant pas les qualifications (33ème, 120’’89 +4).

Emilie Fer

Peschier/Labarelle en tête des qualifications 

Les Français ont largement dominé ce premier tour. Les numéros 1 mondiaux, Klauss/Péché se sont d’abord illustrés en remportant la première manche en 112’’23 +0. Nicolas Peschier et Pierre Labarelle les suivaient de près en 112’’46 +0. Tandis que Picco/Biso complétaient le trio gagnant avec un meilleur temps (111’’97) mais une touche les pénalise. Ces derniers gardent la troisième place à l’issue des qualifications, sans pour autant améliorer leur temps en deuxième manche. « Elle s’est moins bien passée. Nous avons essayé quelques figures pour se repérer en vu de la demi-finale », reconnaît Pierre Picco. Hugo Biso ajoutant : « Nous n’avons plus qu’à mixer nos deux manches pour être au top dimanche ». Labarelle/Peschier ont quant à eux amélioré leur chrono en deuxième manche. Ils devancent les Spinaliens (108’’67 +0) contre (112’’23 +0). Gauthier Klauss déclarent à l’issue des qualifications : «  Notre deuxième manche nous a permis d’avoir la clé du bassin. Il faut savoir naviguer jusqu’au bout sans avoir de bonnes sensations. » Cet avis est partagé par une large partie des athlètes qui sont souvent surpris de leur classement affiché en bas du parcours. L’exigence du bassin, lié à ses mouvements d’eaux, freine les athlètes à se libérer totalement. Pierre Labarelle confirme : « À l’issue de notre première manche, nous ne nous attendions pas à un tel classement (2ème, NDLR). Nous avons pu valider notre état de forme. »  Les lauréats du jour partiront en dernière position dimanche à 16h (heure française). « Il ne nous reste plus qu’à reproduire notre performance jusqu’en finale », conclut le céiste. L’élimination de deux bateaux tête de série leur laisse plus de chance. Il s’agit des Anglais, David Florence et Richard Hounslow, champion du monde en titre et vice-champion olympique (22ème – 123’’87 +6) et Szczepanski Piotr et Marcin Pochwala, les Polonais, champion d’Europe 2014 qui termine 25ème ( 125’’30 +8).

Marion Dubois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *