Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Course en ligne : Championnat du Monde 2014 Bilan

Pour clôturer ces championnat du monde 2014  à Moscou, Vincent Olla, Directeur des équipes de France de course en ligne a répondu à nos questions et dresse sont bilan.

 

Vincent Olla : « C’est un grand championnat du Monde en terme de qualité de l’événement, de grandeur d’infrastructure ( installations totalement refaites cette année). Nous avions des craintes en matière de logistique, pour l’acheminement des bateaux et des déplacements sur place, les Russes ont su parfaitement gérer la situation. »

 

CKM : Ton bilan à la vue des résultats?

Vincent Olla : « Tout d’abord, le principal objectif était que chaque sportif puisse exprimer son potentiel et réaliser une performance. Lorsqu’on regarde de plus près, nous avons évidemment des déceptions, notamment pour le K4 dames, le C1 200 mètres et surtout pour le K2 1000 mètres qui a vu sa course avancer de 5 minutes alors qu’ils s’échauffaient. En revanche pour Cyrille, c’est super de se rapprocher du podium et même d’y monter sur la troisième marche en 5000 mètres. Une des plus grosses satisfactions est bien sûr le K2 200 mètres avec Maxime et Sebastien. C’est une médaille basée sur le travail et sur l’attention aux détails (tactiques, matériel..) étudiée tous les jours avec leur entraineur Francois During.

Quant à Sarah et au C2 1000 mètres (Bart/Beugnet), ils continuent leur progression dans la hiérarchie internationale.  A noter que Sarah est la plus jeune de la finale dans laquelle elle termine 5 ème. Enfin pour Mathieu Goubel, il a produit son maximum, accepte son niveau du moment et connaît le travail à réaliser pour revenir au top mondial. C’est donc un bilan respectable mais encore insuffisant, certains sportifs se rapprochent du podium mais je ne me satisfais pas de ça ! »

 

CKM : Est-ce risqué pour l’équipe de France de ne pas prendre des jeunes athlètes dans l’équipe pour les former quand les « vieux » partiront ?

Vincent Olla : « Le staff et moi ne voulons sélectionner que des bateaux qui ont le potentiel de rentrer en finale et d’amener une équipe performante. Il faut que les générations qui arrivent aient vraiment un projet de haut-niveau et que leur mode de vie tournent autour du kayak, même si cela ne signifie pas se couper du monde ! Le tout c’est d’allier les deux : que l’athlète sache pourquoi il pagaie, qu’il s’engage totalement et qu’il soit exigent avec lui-même. »

 

L’équipe de France est rentrée ce lundi en France et c’est le moment de prendre quelques semaine de vacances, sauf pour Cyrille Carré qui prépare les prochains championnats du Monde marathon au Etats-Unis fin septembre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *