Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Des favoris malmenés

La dernière course des sélections en équipe de France de descente avait lieu ce matin à l’Argentière la Bessée sur la Durance. La classique, juge de paix, s’est finalement muée en initiatrice de casse-tête pour le comité de sélection.
Chez les C1 homme, la donne semble assez claire. Stéphane Santamaria a signé une belle victoire avec 13 secondes d’avance, et s’est ainsi replacé dans la course à la sélection. Derrière lui, Louis Lapointe n’était pas dangereux au classement, alors que Yann Claudepierre prend la 3ème place devant Quentin Dazeur et Guillaume Alzingre. Au classement final des piges, Yann Claudepierre est 1er devant Stéphane Santamaria et Tanguy Marquer. La quatrième place est occupé par Guillaume Alzingre à égalité de point avec Quentin Dazeur, mais départagé par un meilleur sprint n°1.
En kayak homme, c’est Paul Graton qui semble passer à côté de la sélection. Rémi Pété en s’imposant largement ce matin a conforté sa suprématie en classique, devant Clément Faure et Quentin Bonnetain. Au classement final, Théo Devard s’impose grâce à ses deux victoires en sprint, devant Clément Faure, Quentin Bonnetain et Rémi Pété son ex-aequo, à la 3ème place. Premier casse-tête donc, y’aura-t-il trois ou quatre kayaks hommes dans la sélection ? Quentin Bonnetain tient la corde à la faveur du sprint n°1, et Rémi Pété pourrait briguer une place uniquement en classique.
Chez les dames l’affaire était entendue dès hier soir pour Charlène Le Corvaisier, double vainqueur des sprints. Manon Hostens en s’adjugeant la classique a également plus qu’un pied en bleu. Derrière elle ce jeudi en classique Claire Bren deuxième et à égalité avec Sixtine Malaterre, et une fois de plus le premier sprint pourrait être fatal à la Marseillaise en vue de la sélection.

Heureusement la donne est plus simple en canoë dame, où Julie Paoletti a gagné la classique devant Marjolène Hecquet, Claire Haab, qui fini troisième a bien tenté de boulverser la hiérarchie sur ces piges mais en vain. Seule la perspective d’une patrouille pourrait lui ouvrir les portes de l’équipe de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *