Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Entretien avec Jessica Fox

© Sébastien Chaplais / CKM

Dans le prochain numéro de CKM (n°233) vous pourrez découvrir le long entretien que nous a accordé Jessica Fox après sa belle saison. Elle revient pour nous sur ses performances, la façon dont elle a vécu sa médaille olympique à seulement 18ans, son choix de faire du C1, l’influence de ses parents et sa motivation. Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici un extrait.

Ce n’est pas forcément simple de gérer une médaille olympique. Comment as-tu abordé l’engouement que cela suscite ?
Jessica Fox : « C’était amusant car en Australie les médias parlaient beaucoup de l’équipe de natation qui, apparemment, n’avait pas gagné assez de médailles. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre et lorsque j’ai remporté la médaille d’argent j’étais super contente, j’avais le sourire et les médias étaient surpris que je me réjouisse de l’argent. Mais cela s’est bien passé avec les sollicitations, c’était une belle expérience qui m’offre plein d’opportunités. J’espère que maintenant le kayak est un peu plus connu en Australie ou au moins qu’on ne le confond plus avec l’aviron.
Avais-tu des appréhensions au moment de lancer ta saison 2013 après ta médaille à Londres ?
J.F : « On dit souvent que l’année post-olympique est dure pour les médaillés car ils sont très attendus et j’en étais consciente. Mais je n’avais que 18 ans et même si cette médaille m’a prouvé que j’étais capable de rivaliser avec les meilleures, je sais aussi qu’il me reste beaucoup à apprendre.  Il y avait une forme de pression mais cela m’a poussé à bien m’entraîner, à bien préparer les courses pour confirmer et continuer à prendre de l’expérience.

2013 est une belle saison pour toi, championne du monde senior en C1, double vainqueur de la Coupe du monde à Tacen (kayak et C1), vainqueur du général de la Coupe du monde en C1, et double championne du monde moins de 23 ans, quel est ton sentiment en repensant à ces résultats ?
J.F : « J’avoue qu’au début j’étais un peu déçue, suite aux championnats du monde senior et à ma course de kayak. Après le C1 je n’avais pas de bonnes sensations en kayak et j’étais épuisée mentalement. C’était dur après une grande journée, car je voulais gagner le C1. Je me sentais prête en kayak mais je n’ai pas bien géré cette course. Après cette déception j’ai repensé à mes résultats et je suis super contente. J’ai atteint des objectifs, j’ai gagné ma première médaille en Coupe du monde en kayak et je suis heureuse. Mais il me reste du travail en kayak et pour allier correctement les deux catégories, car je pense qu’on peut le faire, mais il faut trouver le moyen de bien gérer la fatigue, notamment en grand championnat car le programme n’est pas le même qu’en Coupe du monde. »

La suite dans Canoë Kayak Magazine n°233 début décembre.

Crédit photo : Sébastien Chaplais

One Comment

  1. vagnier

    15 novembre 2013 at 18 h 34 min

    vive le sport et surtout le « canoë-kayak »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *