Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Slalom : Klauss / Péché et Lafont verront Rio

Les championnats de France élite de slalom se sont achevés ce dimanche après-midi avec leur lot de larmes et de rires, d’embrassades et de déceptions.
En C2, la bataille entre les trois équipages qui jouaient encore la qualification pour les Jeux olympiques a tourné à l’avantage des expérimentés Gauthier Klauss et Mathieu Péché. Avant qu’ils ne s’élancent ils ont pu entendre les résultats de leurs adversaires. Hugo Cailhol et Nicolas Scianimanico semblaient crisper sur l’entame de parcours et sont finalement partis à la faute en prenant un 50 de pénalité qui les a mis hors course. Pierre Picco et Hugo Biso qui ont eu beau passé avec un sans faute, n’ont pas réussi à retrouver la fluidité et la vitesse nécessaire pour prendre la tête du classement détenue à cet instant par l’équipage Tillard / Le Ruyet. Avant de prendre le départ Gauthier Klauss et Mathieu Péché étaient donc assurés de décrocher leur billet pour Rio. Les Spinaliens ont tout de même mis un point d’honneur à gagner cette ultime course. Après leur 4ème place à Londres il y a quatre ans, ils pourront donc s’aligner au départ de leur second J.O, probablement les derniers de cette catégorie. « Cette semaine a été très éprouvante, confirmait Gauthier Klauss, mais on voulait gagner cette dernière course pour la sélection. Ces piges françaises remportent haut la main la palme des sélections olympiques les plus dur du monde je pense. » « On est soulagé mais c’est dur de voir les potes débarquer en pleurant, admettait Mathieu Péché le visage fermé. On pense à eux car c’est aussi grâce à eux qu’on a ce niveau aujourd’hui. »

Chez les kayaks dames ce fut une affaire de nerfs, de mental et d’engagement. Marie-Zélia Lafont s’est élancée la première des prétendantes au sésame olympique et malgré une touche, elle a su rester rapide et incisive comme depuis le début de la semaine. « Cette touche m’a remobilisée pour rester dans mon projet et ne rien lâcher, avouait-elle. Ensuite dans l’air d’arrivée j’ai attendu, attendu et quand le verdict est tombé j’avais les larmes aux yeux. » La kayakiste d’Orthez peut savourer, elle a livré de belles manches engagées, et au moment de venir répondre aux sollicitations des médias, elle était toujours dans cette euphorie qu’on lui connait trop peu. Le verdict elle l’a compris lorsqu’Emilie Fer a enchainé les touches, quatre au total, trop, beaucoup trop pour prétendre à la victoire. La championne olympique ne défendra pas son titre à Rio, et avouait ne rien regretter. Elle décidera dans la semaine de la suite à donner à sa carrière.
Dans l’air d’arrivée le visage fermée d’Emilie Fer contrastait avec le sourire de Marie-Zélia Lafont. « C’est fabuleux, je ne réalise pas encore. Je savais que je pouvais le faire mais là c’est une belle confirmation et une récompense pour tout ceux qui me soutiennent ». La kayakiste savourait sa progression technique, physique et mentale, cette somme de travail qui lui permet de briller aujourd’hui.

Le feuilleton à suspens des piges olympiques se referme sur son sourire, ce lundi les athlètes sélectionnés pour Rio et leurs remplaçants seront encore à Pau pour caler leur saison et satisfaire aux obligations de communication de la fédération avant un peu de repos bien mérité.

One Comment

  1. Jegoux Yannick

    10 avril 2016 at 21 h 01 min

    Bonjour, j’ai vécu à travers vos articles le déroulement des piges slalom. Et je te retiendrai la retenue avec laquelle les vaiqueurs du jour ont manifesté leur joie par respect pour les vaincus. Je trouve cette attitude classe. Bravo aux vainqueurs et aux vaincus sans qui les vainqueurs ne seraient pas grand chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *