Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Slalom – Retour sur la coupe du monde n°1 à Ivréa

C’est en l’absence de ses leaders que l’équipe de France s’est présentée en Italie pour la première manche de la coupe du monde de slalom 2016… Et ce qu’on peut retenir, c’est que les jeunes n’ont pas manqué l’occasion de se montrer… 

Kilian Foulon a montré la voie!

Alors que 3 français s’étaient qualifiés pour la finale, (seul Nico Peschier, 21e, a été éliminé en demi), les regards étaient tournés vers Pierre-Antoine Tillard et Martin Thomas, respectivement vainqueur de la finale de la coupe du monde et finaliste des mondiaux 2015. Mais alors que ces deux bateaux sont partis à la faute (7e et 10e), c’est Kilian Foulon qui n’a pas tremblé malgré son jeune âge pour accrocher une belle médaille de Bronze. A 24 ans, après plusieurs podiums en espoir, le pagayeur de Val de l’Indre signe sa première grosse perf chez les grands. Solide et régulier dans sa progression, il représente sans doute l’avenir de l’équipe de France:

« J’ai beaucoup progressé depuis cet hiver, et j’aime fixer des objectifs ambitieux. Du coup j’étais à Ivrea avec des envies de gagne! Après, c’est vrai qu’arrivé en bas, je ne pensais pas finir 3. Le bassin est difficile et ceux qui ont voulu attaquer sont sortis de la route, c’est le jeu! »

rt_Foulon_2

Kilian Foulon dans les eaux mouvementées d’Ivréa

Ensuite, si beaucoup de français sont passés en finale dans les autres catégories, il a fallu attendre le passage des C2H pour voir une nouvelle médaille…  En effet, après des qualifications réussies avec la victoire de Benjamin Renia chez les K1H, seul Etienne Daille a réussi à se qualifier pour la finale. Les 3 autres demi-finalistes (Bourliaud, Biazizzo, et Renia) n’ont pas réussi à sortir une manche propre.  Malheureusement, une sortie de piste a privé Etienne de tout espoir de podium, il termine à la 8e place.

En C1D, Claire Jacquet a de nouveau montré qu’elle était solide, mais qu’il lui manquait encore un peu de vitesse pour  monter sur le podium. Elle échoue à la 4e place, peu devant la jeune Margaux Henry, excellente toute le week-end, et qui fini à une belle 6e place pour sa première coupe du monde. Un résultat encourageant.

Chez les kayak dames, alors que Pauline Guiet et Carole Bouzidi sont passées proches de la finale (14e et 16e), c’est Estelle Mangin qui est allée en découdre avec les 10 meilleures du week-end, terminant à la 6e place.

Cailhol/Scianimanico, 1ère victoire en coupe du monde!

rt-Cailhol-Scnianimanico

Avec 3 bateaux en finale, connaissant le niveau des C2H français, on pouvait légitimement attendre une perf’ tricolore, et ce malgré l’absence de Klauss/Pêche. Et cette performance est venue des jeunes Cailhol/Scianimanico, qui après des piges excellentes, ont confirmé tout leur potentiel en remportant cette 1ère manche:

Vous gagnez votre première manche de coupe du monde, sur un bassin et un parcours très dur, est-ce que vous avez sorti la manche parfaite? 

« Presque !! Il nous manque un bon passage à la porte 24  pour que ce soit la manche parfaite. Jusque là, tout était très bien, mais on se présente dans la dernière porte un peu trop en travers, et nous devons sprinter dans le contre sans vitesse jusqu’à la ligne d’arrivée. A la fin, on sait qu’on a perdu beaucoup, et on exulte pas de joie bien au contraire, on sait qu’on va devoir attendre le passage de tous les autres concurrents pour voir si ça suffit ! »
Qu’avez-vous ressenti en montant sur le podium?

« Sur le podium, c’est une immense fierté. Les italiens sont contents parce le nom de Nico sonne bien italien!! Tout le staff français et nos collègues de l’EqF sont ravis pour nous, et nous on est soulagé de renouer avec la victoire !

Pendant la marseillaise, Nico a même laché une petite larme ! »

Hugo et Nico sur le podium

Hugo et Nico sur le podium

L’an dernier vous ne passez pas en équipe de France de justesse, cette année, vous vous êtes battus pour la place olympique, vous terminez 2e des piges, vous gagnez la 1ère manche de coupe du monde, comment expliquer cette progression?
« Tout simplement parce qu’on a commencé le C2 en 2012 avec pour objectif les sélections de 2016. On faisait du mono jusque là. Le C2 c’est jamais facile, on continue de progresser et on a vraiment pu profiter de la très grosse densité du C2 français pour être tirés vers le haut. Aux sélections on étaient 6 bateaux à jouer pour la place olympique, les 5 autres avaient déjà fait au moins un podium en coupe du monde ! Maintenant nous aussi !
Au final, ces 4 années ont été intenses. On a du faire beaucoup d’heures sur l’eau pour rattraper notre manque d’expérience et on a beaucoup travaillé avec nos entraîneurs Vincent Redon et Lionel Radureau, le staff de l’équipe de France, sans oublier le soutien de nos clubs de Pau et de Rodez, .. »
Est-ce que vous visez maintenant le classement général de la coupe du monde?
« On visait le classement général depuis le début 😉 On sait maintenant qu’on peut être rapide, qu’on a le niveau pour rivaliser avec les meilleurs, et on va tout faire pour reproduire la performance !
On a particulièrement envie de répondre présent à Pau, il y aura nos familles, nos amis, nos supporters, et ce sont les gros objectifs de cette saison et de la saison prochaine avec les championnats du Monde. »
Et pour tenir cet objectif très ambitieux, Hugo Cailhol a lancé un projet de financement afin de pouvoir réaliser une saison complète. Pour soutenir cet équipage talentueux, et leur permettre de continuer à réalisés leurs rêves, n’hésitez pas à vous rendre sur:

Bilan: les bleus montent en puissance?

Si le nombre de médailles n’est pas exceptionnel, l’équipe de France a cette fois présenté un grand nombre d’embarcations en finale. Pour les bleus, l’objectif sera certainement de réussir une grande course lors de la coupe du monde de Pau, dans deux semaines à domicile.  En attendant, rendez-vous dès ce week-end en Espagne, pour la 2e manche de la coupe du monde.

Henry2

Les résultats des français:

Kilian Foulon: 3e
Pierre-Antoine Tillard: 7e
Martin Thomas: 10e
Nicolas Peschier 21e

Claire Jacquet: 4e
Margaux Henry:6e
Cécile Tixier: 13e

Etienne Daille:8e
Pierre Bourliaud: 22e
Mathieu Biazizzo: 28e
Benjamin Renia: 32e

Estelle Mangin: 6e
Pauline Guiet: 14e
Carole Bouzidi: 16e
Solène Graille: 25e

Cailhol/Scianimanico: 1er
Picco/Biso: 4e
Prigent/Kervella: 8e
Tillard/LeRuyet: 11e

Les vidéos des finales:

K1D et C2H:

C1H,C1D, et K1H

Photos: @Michaela Daille – CKM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *