Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Slalom : Sébastien Combot fait durer le suspens

La tension est montée d’un cran ce jeudi sur le stade d’eau-vive de Pau pour la course n°2 des championnats de France élite de slalom. Après la qualification de Denis Gargaud en début d’après-midi dans la catégorie C1, tout les regards étaient tournés vers les kayaks hommes.
Boris Neveu vainqueur de la première course avait une possibilité de se sélectionner en l’emportant. Mais derrière lui c’est surtout les autres prétendants au sésame olympique qui avaient la pression car ils étaient obligés d’enchaîner deux victoires pour voir Rio. En finale les espoirs olympiques déçus se sont accumulés. C’est tout d’abord Mathieu Biazizzo qui a vu son rêve s’envoler en prenant la 4ème place, puis Etienne Daille, pourtant très rapide mais qui est allé à la faute, enfin Vivien Colober malgré un sans faute a vu ses espoirs douchés.

Boris Neveu a ensuite fait parler ses qualités pour signer un temps canon (86.90), malgré une touche à la porte 3, et prendre la tête. « J’ai eu une hésitation et j’ai touché, concédait-il. C’est dommage car je fais une belle manche. » Derrière lui Sébastien Combot avait les cartes en main pour le déloger et continuer à penser à Rio. « Je savais qu’il avait touché, j’entendais aussi les chronos intermédiaires puis son temps final. Il m’a resté 20 secondes pour me remettre dans ma course et aller chercher la victoire, racontait Sébastien Combot. » Le Breton n’a pas tremblé, auteur d’un sans faute, il s’impose en 86.45, soit 45 centièmes de moins que Boris Neveu. Cette victoire lui permet de s’offrir un duel contre le champion du monde 2014 samedi dans l’ultime course.
La pression sera partagée entre les deux hommes qui naviguent superbement depuis le début de ces piges. « Je suis obligé de gagner, concède le vainqueur du jour. Mais je n’ai surtout rien à perdre, c’est une belle aventure que l’on vit, je prends beaucoup de plaisir et il ne faudra pas oublier les autres kayakistes qui veulent décrocher leurs places pour la saison internationale. » Boris Neveu, remplaçant il y a quatre ans est dans une position à peine plus confortable avec son bonus car il peut compter sur un échec de son rival pour partir à Rio. « Je n’y pense pas en ces termes, dans ma tête il faut gagner. Mentalement c’est compliqué mais je suis préparé pour ça. J’ai fait une préparation solide cette année et je sens que j’en tire les bénéfices analyse Boris Neveu. »

La lutte sera belle samedi après-midi, mais en attendant, place aux C2 et aux kayaks dames ce vendredi pour la course n°2.

 

Crédit photo : Archive / Sébastien Chaplais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *