Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Course en ligne : Maxime Beaumont encore vainqueur

L’équipe de France de course en ligne était à Duisburg le week-end dernier pour la deuxième manche de la Coupe du monde de course en ligne. Si l’effectif était principalement composé de l’équipe moins de 23 ans, qui était là pour prendre ses marques sur la scène internationale, les sprinters de l’équipe senior étaient aussi au rendez-vous.
Après une belle victoire en K1 la semaine précédente à Montemor-o-Vehlo pour l’ouverture de la saison de Coupe du monde, Maxime Beaumont a réédité sa performance. Le kayakiste de Boulogne sur Mer s’est imposé devant Petter Menning (Suède) et Mark De Jonge (Canada). Cette deuxième médaille d’or en deux sorties est agrémentée de l’argent en K2 avec Sébastien Jouve au Portugal et d’une 4ème place en Allemagne. Il n’est pourtant pas le seul tricolore médaillé à Duisburg puisque Cyrille Hureau a remporté l’argent en VL1 200m et Cindy Moreau a décroché l’or en KL3.
De retour en France, à Boulogne sur Mer, Maxime Beaumont nous a accordé un peu de temps pour revenir sur ce très bon début de saison internationale.

Maxime, quel est ton sentiment après cette médaille d’or du K1 200m lors de la Coupe du monde de Duisburg ?
Maxime Beaumont : « Je vis un mois de mai assez particulier. Je suis papa depuis le début du mois (il avait du quitter le groupe aux championnats d’Europe) d’un petit garçon qui va bien et en plus j’ai réussi à gagner deux médailles d’or en K1 en Coupe du monde. Mon objectif sportif est largement atteint, d’autant qu’en K2 avec Sébastien Jouve on termine 2ème et 4ème. Tout va pour le mieux ! En plus gagner à Duisburg c’est spécial car étant gamin on y allait avec le club de Boulogne sur Mer pour voir les course. Je me souviens surtout des mondiaux en 1995, j’étais minime et je suis venu soutenir l’équipe de France et Sylvain Hoyer. Je rêvais d’être sur l’eau et un jour sur ce podium. Vingt ans plus tard je suis de l’autre côté, c’est génial !
Comment expliques-tu ce bon début de saison ?
M.B : « Cet hiver on a décidé de s’entraîner davantage en K2 avec Sébastien pour gagner du temps et ça se vérifie car on est aux avants-postes plus tôt que la saison dernière. C’est encourageant. On a choisi de faire du K1, en plus du K2, durant la première partie de la saison pour augmenter notre volume de course. Au Portugal pour le début des Coupes du monde j’avais de bonnes sensations dès les séries, je me sentais en forme. J’ai aussi eu le temps de m’approprier mon nouveau bateau, le Cinco de Nelo, alors qu’aux piges c’était encore un peu juste. Mais pour autant je ne m’attendais pas à être aussi bien.

Vas-tu continuer la saison en K1 et en K2 ?
M.B : « La prochaine compétition ce seront les Jeux Européens à Baku, mais on ne fera que du K2 avec Sébastien Jouve car le programme des courses ne permet pas de doubler. Concernant les championnats du monde je ne sais pas encore. La priorité reste au K2. Je réfléchi au monoplace, c’est possible avec le programme des mondiaux, mais il ne faut pas se disperser, cela demande réflexion.

Penses-tu avoir franchi un palier supplémentaire cette saison ?
M.B : « Peut-être. En fait le K2 m’aide beaucoup car comme on a une vitesse plus élevée, qui m’oblige à travailler sur un appui plus dynamique ce qui me fait aller plus vite en K1 je pense. Mais il ne faut pas oublier que je me suis spécialisée sur 200m en 2012 seulement, cela fait trois saisons, donc je suis encore un jeune sprinter. Avec mon entraîneur, François During, on fait évoluer sans cesse notre manière de travailler, notre planification, on affine notre approche et cela paye. Et puis il ne faut pas oublier, que je m’entraine les 3/4 du temps en monoplace.

Comment s’organise la suite de ta saison ?
M.B : « Je suis rentrée me reposer à Boulogne sur Mer, chez moi, pour profiter de ma femme et de mon fils. On a enchainé depuis quelques semaines et il faut recharger les batteries, revenir sur une phase de volume. Mi-juin on part à Baku pour les 1er Jeux Européens en K2 avec Séb, puis je serai en stage à Boulogne sur Mer avec le belge Maxime Richard pour avoir de la confrontation avant d’aller à Vaires sur Marne retrouver Sébastien et François. »

Propos recueillis par Mélanie Chanvillard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *