Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Aventure : Kayak pour le droit à la vie

 Le 10 septembre 2011, Alexandre Georges s’est lancé, depuis la Tunisie dans un long périple en kayak de mer, pour demander à l’Europe la création d’une organisation de gestion de l’immigration et des demandes d’asile (OGIDA). Celle-ci permettrait un traitement plus juste et plus humains des migrants et des réfugiés sur notre territoire mais surtout, cela contrôlerait  de façon plus efficace l’utilisation des fonds publiques destinés à la gestion de l’immigration en Europe qui est bien trop souvent dilapidés ou détournés.

C’est en novembre 2010 qu’il a débuté un séjour d’un an sur cette île en réalisant le tour complet de celle-ci avec son kayak, afin de dénoncer les refoulements des réfugiés en haute mer, vers la Libye. Après un an passé sur l’ile de Lampedusa comme observateur indépendant et après avoir bien analysé la situation de l’immigration en Europe, il a pris la décision d’entreprendre cette odyssée (qui est apolitique) pour informer l’opinion publique des abus humains et financiers.

Il a donc décider de relier la Tunisie et Lampedusa à Bruxelles. Il a relié les îles de Lampedusa, Malte (où il a rencontré le président du pays) et la Sicile. Il a ensuite longé la côte ouest de l’Italie jusqu’à l’estuaire du fleuve Tibre près de Rome où il est arrivé à la fin du mois de septembre 2012. Suite à des blessures en mer et à une convalescence de 10 mois et demi, il reprit la pagaie le 12 août 2013, à l’endroit même où il s’était arrêté précédemment.

Il a longé le reste de la côte ouest italienne et est arrivé en France le 14 septembre 2013. Sur sa lancée, il a parcouru la côte d’Azur et a entamé la remontée du Rhône. Le 20 novembre 2013, en raison des conditions climatiques difficiles à Montélimar (chute de neige), il a dû suspendre son voyage pour la période hivernale.

Carte du voyage en Europe

Il vient de reprendre son périple le 11 mai dernier depuis Montélimar pour la suite du défi: « Kayak pour le droit à la vie : Tunisie – Lampedusa – Bruxelles » et il progresse en pagayant, le long de la vallée du Rhône. De ville en ville, il participe à des réunions et à des conférences. Il tente également de rencontrer les hommes politiques français afin de les sensibiliser à cette cause.

Via le Rhône, la Saône et les canaux, il atteindra Bruxelles en septembre 2014 où il présentera sa pétition au Parlement européen. Cette dernière a obtenu entre autres, le soutien du maire de Lampedusa, du président de la république de Malte, du sénateur italien Giacomo Santini, de l’eurodéputé Niccolo’ Rinaldi et du député français Olivier Falorni.

 

Durant son voyage, Georges Alexandre fait étape dans les villes traversées pour présenter aux élus, aux associations et à la population locale, une pétition déjà signée par les politiciens et la société civile de l’île italienne de Lampedusa. Elle est en ligne en français à cette adresse: www.jesigne.fr/soutienogida

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *