Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Pau 2017 : Klauss – Péché champions du monde !

La France clôture la première journée de finale avec le titre de champion du monde pour le C2 composé de Gauthier Klauss et Mathieu Péché. De l’or, encore en C2, comme en mixte hier.

Médaillés de bronze l’an dernier aux Jeux olympiques de Rio, Gauthier Klauss et Mathieu Péché ont bien fait de pousser une année supplémentaire pour vivre ces mondiaux à domicile. Les Spinaliens sont sacrés champions du monde dans ce qui sera peut-être la dernière grande finale de cette catégorie.

Derrière eux sur le podium on retrouve les Skantar, champions olympiques 2016, à seulement 7 centièmes, alors que le duo allemand Behling / Becker complète le podium. Au terme de cette finale, les Français avaient d’abord du mal à réaliser. « Se dire que nous sommes champions du monde c’est énorme, en plus à domicile et en plus avec une touche, se réjouissait Mathieu Péché. Le pire je crois que c’était d’attendre l’arrivée des autres bateaux. » Ces chercheurs d’or regrettent maintenant de voir leur catégorie disparaitre, ils arboraient donc tous une larme en tatouage au coin de l’oeil. « On ne sait pas si le C2 sera aux mondiaux l’an prochain, c’est frustrant, ajoutait-il. » « On ne sait pas ce qu’on va faire, renchérissait Gauthier Klauss. » Il en profitait pour interpeler les médias pour savoir s’ils devaient continuer. Alors mouillons nous : c’est peut-être le moment d’arrêter cette belle carrière, après avoir savourer l’or mondiale et pour éviter d’accompagner le déclin annoncé par certain du C2.

Le second équipage français engagé dans cette finale, Hugo Cailhol et Nicolas Scianimanico doit se contenter de la 5ème place, exclu du podium pour une touche à la porte 12. Une déception pour ces deux garçons qu’on a toujours vu très adroit sur ce bassin et qui jouaient clairement la gagne.

Lucie Prioux 7ème

Si les C2 voient leur avenir en noir, malgré les reflets dorés de leur journée, les C1 dames sont à la fête depuis cette saison, entrée au programme olympique oblige. Côté tricolore, la jeune Lucie Prioux a tenu son rang en finale en prenant la 7ème place d’une course remportée par Mallory Franklin (GBR), devant Tereza Fiserova (CZE) et Ana Satila (BRA).
« Je suis un peu déçue, concédait la Française, mais le tracé était compliqué. C’est une bonne expérience, je visais le top 5, je ne suis pas loin. J’avais à coeur d’être dans cette finale et j’ai réussi, malheureusement je n’ai pas pu tenir le rythme jusqu’au bout. » En tout cas, elle a réalisé de beaux mondiaux et on pense la revoir rapidement au plus haut-niveau.

Bataille de costauds

La finale des kayaks hommes promettait d’être serrée et relevée, ce fut le cas. Après une énorme manche en demi-finale, Peter Kauzer (SLO) faisait figure de favori. Le vice-champion olympique, a effectué une manche remarquable, véritable récital de fluidité mais une touche à la porte 17 a ruiné ses espoirs d’ajouter un troisième titre mondial à son palmarès, il se contente du bronze.
La victoire revient au Tchèque Ondrej Tunka pour 2 centièmes devant son compatriote Vit Prindis.

Longtemps dans le coup, Boris Neveu termine 5ème, dans la même seconde que le vainqueur. « J’étais bien, j’avais de bonnes sensations et je sentais le public pousser donc je pensais être bien sur le chrono. Dans le dernier stop j’hésite un peu et je ne m’engage pas totalement, finalement je le paie dans le sprint, concédait-il à l’arrivée. Je me suis bien engagé, je suis un peu frustré, la médaille était jouable, donc je reste sur ma faim. C’est le jeu, je me suis régalé en profitant de l’événement, c’est dommage. »

Déceptions en chaine

Plus tôt dans l’après-midi, les déceptions se sont enchainées pour les tricolores, à commencer par le C2 composé de Pierre Picco et Hugo Biso, sacré champion d’Europe début juin à Tacen (Slovénie) et éliminé au stade des demi-finales après une touche à la porte 17 et une fin de parcours compliquée. C’est un vrai coup dur pour les deux garçons, privés de Jeux olympiques l’an dernier, et qui avaient à coeur de briller à domicile après leur bon début de saison.

La déception était énorme aussi pour les kayaks hommes. Mathieu Biazizzo, stoppé dans le rouleau sous la passerelle a rapidement vu ses espoirs de finale et de médaille s’envoler. Il n’accroche que la 18ème place, alors que son pote d’entrainement, Sébastien Combot est 26ème. Le Breton, champion du monde 2007, a vu son rêve de second titre mondial s’évanouir quand il a touché la porte 10. Malgré le public qui a poussé les tricolores la constat est dur. « C’est dommage car je touche sur un stop que je voulais faire court, expliquait-il. Ma fin de manche est correct pourtant. Je suis déçu car sur l’eau c’est fabuleux, il y a une ambiance de fou, je n’ai jamais fait de course dans ces conditions en étant poussé de haut en bas. Je vais retenir ça plus que la déception de ne pas être dans la finale. »

Enfin en C1 dames, Claire Jacquet (30ème) et Cécile Tixier (26ème) sont passées à côté de leur demi-finale. Dommage pour ces deux athlètes qui étaient entrée dans leurs courses avec de l’envie et une navigation engagée.

Samedi place aux demi-finales et finales des kayaks dames et des C1 hommes en slalom, puis dans la soirée auront lieu les finales des championnats du monde de descente sprint.

Retrouvez les résultats complet ICI

Crédit photos : Bruno Dazeur / Gotnough

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *