Canoë-Kayak Magazine

CKM

Canoë-Kayak Magazine...

Esquif Echo : un des rares canoë traditionnel monoplace

L’Écho d’Esquif fait parti des 3 canoës solos distribués en France avec ses deux homologues, le Pack et le Discovery 119 k de la marque Old Town. Pour autant les canoës traditionnels solos sont encore rares, la plupart des cas, la polyvalence de certains biplaces fait l’affaire !

Construction :

L’Écho arbore une robe en Royalex couleur sable avec des listons en bois (frêne). Le tout est sobre, une sobriété qui accroche le regard et qui lui donne un brin d’authenticité. Le charme du look ancien dans une peau moderne, résistante, sans entretien. Détail de choix qui le place sans douter le plus qualitatif de sa gamme, le siège d’origine est en frêne avec un cannage superbe, très classieux.

 

Son programme :

Question programme, l’Écho est présenté par Esquif comme un canoë de promenade. Derrière cette “promenade “on peut lui demander beaucoup plus sans trop de problème. Dans son usage d’origine, solo de promenade, il excelle tout simplement. Sa coque élancée, sa faible largeur lui donne une ligne en forme d’amande particulièrement harmonieuse. Au premier abord, ses mensurations laissent présager un canoë directeur mais peu stable. La grande surprise de l’Echo c’est justement sa stabilité surprenante. On peut envisager de se lever et de pagayer debout, comme dans certains biplaces. On s’attend à une stabilité primaire déroutante alors que l’Echo est stable, même à l’arrêt. Deuxième surprise, le canoë est extrêmement maniable et très manœuvrier. Sa polyvalence est vraiment étonnante, il est vif, directeur et manœuvrier, les trois caractéristiques vraiment difficiles à réunir au sein d’une seule embarcation. L’Écho se “lance” en deux coups de pagaie, sa ligne est très facile à maintenir et il part en virage très rapidement à la moindre sollicitation.

Détail d’importance, on peut suivre un canoë biplace sans problème alors que c’est vraiment difficile avec un autre solo du marché.

Pas de soucis pour s’aventurer en eaux vives tant que les trains de vagues ne sont pas trop formés. Si sa carène ne pose aucun problème dans des veines d’eau puissantes, ses étraves basses enfournent très facilement.

 

En grande rando…

Confortable, vif, extrêmement “doux “à naviguer, on ne force jamais dans cette embarcation et on a vite envie de faire plus qu’une balade. Chose faite en accompagnement d’un vagabondage ligérien de 3 jours durant lequel l’Écho sera le bateau “guide” chargé de la logistique nécessaire. Soit au total une trentaine de kilos en plus du pagayeur soit un poids total en charge d’environ 100 kg. Il est clair que ce chargement supplémentaire influe sur sa vivacité. L’Écho devient plus directeur et moins joueur mais reste cependant suffisamment vif pour cet usage. Un franchissement de seuil a mis en évidence ses pointes basses et sa capacité à enfourner facilement. Tout en restant très confortable en eaux vives, il faut veiller à rester sous la barre des 100 kg pour que l’Echo conserve cette incroyable polyvalence entre sa glisse et sa vivacité en virages.

 

Longueur 4,27 m

Largeur 81 cm

Profondeur 29 cm

Poids 22 kg

Matériau Royalex

Prix : 1 596 € sans port ni emballage

www.canoediffusion.com

www.canoe-company.fr