Kenny Rice sacré aux Championnats du monde Ocean Racing à Porto

Une seule mais belle médaille pour les français avec Marin Lanée en Junior qui remporte l’argent.

Et à la fin c’est l’hémisphère sud qui gagne 

C’est comme cela que l’on pourrait résumer les mondiaux d’une discipline qui ont confirmé la suprématie sud-africaine, contestée seulement par l’Australie ou encore la Nouvelle Zélande, avec l’Europe toujours en chasse, mais toujours plus proche.

Jemma Smith championne surprise

Oui encore seulement les kiwis et kangourous en rivaux sur les podium, comme chez les féminines par exemple, à l’image de l’australienne Jemma Smith, vainqueur surprise devant la Néo-Zélandaise championne du monde 2019 Danielle McKenzie et la toujours performante sud-africaine Michelle Burn championne du monde 2021.

Michelle Burn © Photo Duarte

Kenny Rice premier du nom

Chez les garçons, Kenny Rice que l’on a longtemps appelé « le petit frère de Sean » remporte son premier titre  senior haut la main, se permettant de trottiner tranquillement jusqu’à l’arche d’arrivée. Le sud-africain devance son compatriote Hank Mc Gregor, impressionnant de longévité et de pluridisciplinarité lui qui vient de signer encore un top 5 lors des derniers mondiaux Marathon en short-race à 44 ans. L’australien Mackenzie Hynard complète le podium.

Hank McGregor © Photo Duarte

L’Europe aux trousses

Le premier Européen est l’allemand Gordan Harbrecht 4ème à moins d’une minute de la gagne et quelques secondes du podium. Il devance l’espagnol aux 10 victoires sur la Riba de Sella et multiple champion du monde de marathon Walter Bouzan (5ème) et le premier Français Valentin Henot, 9 ème. Ce qui fait 3 européens dans le top 10, une première. Ce dernier, auteur d’une magnifique victoire aux Championnats d’Europe en Sardaigne il y a quelques semaines, ne pouvait que reconnaître le talent des Sud-Africains et Australiens .

Je m’entraîne en Australie depuis 2 ans, je connais bien l’Afrique du Sud aussi, ils ont une culture de l’ocean  et de ce type de course que l’on n’a pas…mais on se rapproche !  

Valentin Henot

19km sans répit

Il faut dire que la course fut âpre et difficile. Un combat de tous les instants pendant 19km pour relancer sans cesse les surf-skis sur un plan d’eau bien mou, où la science de la navigation mais aussi l’incroyable forme physique des leaders impressionnait les spectateurs…Comme les protagonistes qui tentaient de s’accrocher.

Et si vous demandez à Kenny Rice son secret, il vous répond avec un grand sourire : « Je m’entraîne beaucoup, au moins deux fois par jours, je pagaie énormément,  pas mal de vélo et j’adore ça, c’est tout ! »

Un modèle à suivre pour le talentueux junior Marin Lanée, qui signe une très belle course et le titre de vice champion du monde junior (après celui de champion d’Europe surfski et médaillé en chocolat des derniers mondiaux sur K1 1000m…).Le normand d’ascendance polynésienne ramène à la maison la seule médaille française de ces Championnats du Monde.

 (à l’exception toutefois des médailles obtenues en groupe d’âge car ces mondiaux sont aussi des courses open et master avec plus de 450 bateaux sur la ligne de départ !)

X
CKM

GRATUIT
VOIR