Vaires, un nouvel horizon ?

Le retour de la course en ligne à Vaires ne s’est pas fait sans vagues.. Au sens propre comme au figuré. Entre le vent, les vagues et une première confrontation nationale après de long mois sans repères, certaines courses étaient comme un kinder surprise , d’apparences identique à l’habitude mais au cœur, surprenantes.  

Burger Royal

Souvent bien placé sur toutes les distances aux open, Burger Guillaume était l’homme fort du week-end.  Il remporte le 200m et le 400m au nez et à la barbe du Vice-champion olympique de Rio, Maxime Beaumont

 « C’était vraiment super de pouvoir prendre des départs et de mettre fin à de longs mois d’incertitude. Je suis super content de remporter le 200m, j’étais très confiant dans ma capacité à m’adapter aux conditions, et ça a payé. Le résultat serait peut être différent dans des conditions plus « normales »… mais c’est comme ça, j’ai saisi l’opportunité ! »

« j’ai des qualités qui me permettent de bien figurer à la fois sur 200m et 1000m. Cette année je me suis surtout concentré sur le 500/1000, et je pense que ça paye, car j’ai vraiment élevé mon niveau et gommé un peu mes points faibles » Guillaume Burger

Maxime Beaumont ne s’affole pas pour autant, la route est encore longue pour Tokyo.

« Je suis venu sur ces opens avec une grosse envie de courir et de bonnes sensations ces dernières semaines. Je me suis blessé il y a deux mois sur une chute en VTT, je me suis rompu les ligaments de l’épaule. En bateau, je ne sens rien, mais je dois être bien vigilant sur les tensions musculaires engendrées. Je suis déjà très content d’avoir pu disputer les courses à ce niveau. Pour la suite de la saison, cela va dépendre de la saison sanitaire. Pour le moment, championnats de France et coupe du monde sont au programme ! A suivre… » Maxime Beaumont 

En lice pour aller chercher un quota en K1 1000m mais aussi pour bouleverser l’ordre établi et peut-être le K2 1000m Hubert/ Carré qu’on pensait en sécurité pour Tokyo, Guillaume Burger reste humble et sage quant à ses attentes pour cette saison si particulière.

« Je préfère ne pas trop me projeter, j’essaie simplement d’allier l’utile à l’agréable : s’entraîner en se faisant plaisir et en se marrant avec les copains »  

Sur 1000m le grégorien n’a pas non plus donné sa part aux chiens avec une troisième place (2eme français). C’est une nouvelle fois Etienne Hubert qui a dominé les débats français et termine second de la course après une belle bagarre franco-belge avec Arthur Peters. Cyrille Carré médaillé de bronze des derniers mondiaux en K2 1000m avec Etienne Hubert prend la médaille chocolat et la troisième place française. La bataille pour Tokyo est loin d’être finie.

« J’ai pris beaucoup de plaisir à pouvoir défendre les couleurs du CK pays sedanais sur une course « semi inter ».Derrière la Belgique ce week-end, c’est de bonne guerre car le sanglier ardennais n’a pas dit son dernier mot…Un grand merci à l’organisation pour la mise en place de cette course. Next step, la manche de coupe du monde en Hongrie. Tout dépendra de l’évolution de la crise sanitaire. » Etienne Hubert

Pour le moment, les athlètes tricolores ont décroché trois quota olympique en kayak (en K1 200m et K2 1000m) , il reste donc encore un quota à aller chercher en K1 1000m dans cette catégorie, ce qui permettrai d’éventuellement réitérer le coup de poker de Rio, et constituer un K4 500m de dernière minute ! Hubert, Carré, Burger. Les trois mousquetaires semblent se détacher du peloton, mais rien n’est joué. Il faudra être fort toute l’année pour espérer ramer les eaux du Japon.

Vanina Paoletti, veni vidi vici

Victorieuse en K1 200m loin devant les deux favorites Sarah Guyot et Manon Hostens (Championnes d’Europe en titre du K2 500m), dauphine sur 400m intercalée entre ses deux aînés, et à nouveau seconde (française) en 500m, Vanina impressionne. Fraichement débarqué chez les seniors, Vanina montre qu’elle a sa carte à jouer pour Tokyo et que le respect des aînées c’est surtout hors de l’eau… 

« Ça m’avait tellement manqué de positionner l’étrave dans le sabot et de prendre des départs, j’ai rarement été si heureuse de m’aligner sur des courses ! Les conditions météos n’ont pas être clémentes mais j’avais vraiment confiance dans le travail terminal effectué avec mon entraineur Guillaume Berge, j’ai pris le départ sans aucune appréhension. » 

Satisfaite, mais pas enjouée pour autant, la jeune louve reste focus pour les échéances à venir. 

« C’est de bon augure, j’améliore tous mes chronos de référence cependant je sais pertinemment que le plus dur reste à venir et qu’il me reste beaucoup de travail. » Vanina Paoletti

Simart et Bart au-dessus des débats 

Contrairement aux courses des kayakistes, féminines comme masculines, pas de surprises chez ces messieurs à genou. Thomas Simart ouvre le bal comme un boulet de canon sur le 400m, il précède ses adversaires de près de 3 secondes sur la ligne. Adrien Bart, médaillé de bronze des derniers mondiaux sur C1 1000m, lui répond le lendemain sur sa distance de prédilection et l’emporte avec 7 secondes d’avances !  

C1 dame 200m : Une histoire d’équilibre

Si vous n’êtes jamais monté dans un canoë course en ligne, sachez que les  conditions du 200m à Vaires étaient réunies pour ne jamais quitter le ponton… Deux immercuriennes et une Auxerroise au coude à coude, engagée plus que jamais pour aller au bout de la course. c’est ce qu’on retient de la finale des Open. Julie Cailleretz l’emporte devant sa coéquipière Anais Cattelet et Eugénie Dorange se contente de la troisième place. Pour l’instant, aucun quota n’a été débloqué par les céistes féminines, il reste une chance de décrocher un quota en C2 500m et C1 200m.

 « Au regard des conditions qu’il y avait, le but était juste de rester dans le bateau, de ne pas sortir de la ligne d’eau et d’aller le plus vite possible avec toutes ses données. C’était une course peu orthodoxe, je suis très contente du parcours accompli et d’avoir pu reprendre les devants d’une course et même si je sais qu’il me reste encore du boulot, ça fait du bien après mes deux dernière années très compliquées. La suite est encore un peu vague, on est tous en attente d’annonce officielle pour avant tout le maintien ou non des compétitions à venir et la liste des sélectionnés. Quoiqu’il en soit, l’objectif est d’aller chercher le quota olympique en C2 et pour ça je vais avant tout retourner m’entraîner ! »

Paracanoë parés pour Tokyo

Chez les Paracanoë, seul le 200m est au programme de Tokyo. De ce fait les athlètes s’affrontaient sur deux journées consacrées à cette distance. Nelia Barbosa fraichement revenue de blessure, réalise un chrono encourageant pour la suite olympique en KL3F le samedi matin. Rémy BOULLE remporte les deux victoires en KL1H avec une avance confortable. Chez les VL3H, Eddie POTDEVIN l’emporte le vendredi, lui aussi avec une belle avance. Galaad ASTIER réalise une belle performance en KL2H sur ses deux courses, et Raphael LOUVIGNY gagne lui aussi les deux courses chez les KL3H.

Plus c’est long, plus c’est bon

L’open de France accueillait également les marathoniens pour cette reprise nationale, les courses faisaient office de sélection pour le Championnat d’Europe à Gyor du 4 au 6 octobre (Pour le moment maintenu). Sans surprise, en kayak homme c’est Jeremy Candy qui l’emporte facilement en l’absence de ses principaux rivaux. D’ailleurs le bilan est le même dans les autres catégories seniors, les leaders étaient bel et bien au rendez-vous. Marine Sansinena (C1D), Tanguy Soucheyre (C1H) et Amelie Le Sclotour (K1D) remportent respectivement leur course. 

Résultats complets :

X
CKM

GRATUIT
VOIR