Culture slalom #14 – Tony Estanguet: LA légende

Vous le connaissez probablement déjà, mais je profite du fait que son film soit disponible sur Youtube en ce moment pour vous le présenter et vous recommander d’aller le voir (Une histoire d’équilibre). Il y raconte l’histoire de son 3ème titre Olympique à Londres en 2012. Ça prend une petite heure et c’est très intéressant.

Tony est une référence du sport mondial, allant bien au delà du Canoë-Kayak. En effet, il est le premier français triple champion Olympique sur une même épreuve.

Il est aujourd’hui président du comité d’Organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024. Tony a aussi beaucoup contribué à la création du stade d’eaux-vives de Pau (né en 2009). Il a toujours développé son matériel et beaucoup de bateaux Galasport portent sa signature. On pense notamment au « What Else » de 2012 mais également le « ET » pour Estanguet Tony en 2010 ou encore le « TILT » en 2011.

En équipe de France de 1997 à 2012, il a tout gagné plusieurs fois!! Mais avant de m’attaquer à son palmarès je vais vous présenter quelqu’un.

Derrière chaque grand champion un grand rival!

Dans chaque sport, pour qu’il y ait un champion, il lui faut un rival. Quelqu’un qui le pousse à se dépasser pour être encore plus fort. En tennis, on peut parler de Nadal et Federer, en foot Messi et Ronaldo. Au biathlon on a Martin Fourcade et les norvégiens qui se sont relayés (Bjorndalen/Svendsen/Boe). En cyclisme on a eu Poulidor et Anquetil.

Le rival de Tony est un slovaque du nom de Michal Martikan. A eux deux ils ont dominé les années 2000 sans partage. Les adversaires se battaient régulièrement pour la 3ème place. Leurs histoires sont indissociables. Et je vous parlerais plus précisément du slovaque dans un prochain épisode.

-1996 : Alors que son frère Patrice remporte le général de la coupe du monde et une médaille de Bronze aux Jeux et que le slovaque Martikan devient Champion Olympique à 17 ans. Tony remporte sa première manche de coupe du monde. 1-0 pour le slovaque ! 🥇

2000, le premier titre olympique!

-2000 : après deux médailles mondiales par équipes en 1997 et 1999, Tony Estanguet (22 ans) sort son frère Patrice (médaillé de Bronze aux jeux d’Atlanta) lors des qualifications Olympiques . Il y avait à l’époque deux places pour les jeux. Emmanuel Brugvin, champion du monde 1999 avait déjà sa place. Juste avant les Jeux, Tony remporte les championnats d’Europe.

Lors des Jeux il remporte la demi finale avec 2.3 secondes sur le slovaque Mincik et près de 4 secondes sur Martikan ! Je rappelle que le classement final se faisait sur le total des temps de la demie et de la finale. Martikan (4ème en demi) claque une manche de l’espace et prend la tête. Ni le français Manou Brugvin (Champion du monde 1999), ni le slovaque Mincik ne peuvent le sortir. Reste Estanguet. Il gagne du temps à chaque intermédiaire, presque 6 secondes d’avance à la porte 16 mais… touche à la 17! Il perd du temps en bas de parcours mais remporte son premier titre Olympique avec près de 2 secondes d’avance ! 1-1 ! 🥇🥇

-2001 : Les seules mondiaux de l’histoire à avoir été annulé à cause des attentats du 11 Septembre. Ils devaient avoir lieux aux USA.

-2002 : une chute en VTT et une blessure au poignet quelques semaines avant les mondiaux de Bourg Saint Maurice (France) le privent d’une finale mondiale, il sort donc dès les demis. Son rival Martikan devient champion du monde pour la seconde fois.

-2003 : Vice champion du monde derrière Martikan à Augsburg (Allemagne). Il remporte par contre le général de la coupe du monde 🥈

Des JO 2004 a rebondissement!!

-2004 : Le tumultueux bassin grec d’Athènes (aujourd’hui en ruine) nous offre des jeux de fou ! Déjà avec le titre de Benoit Peschier et la 3ème place de Fabien Lefèvre en kayak homme, la 4ème place Peggy Dickens en kayak dame. Mais les canoës ne vont pas nous décevoir!

Martikan gagne la qualification pour 0.1 seconde devant Estanguet. Il gagne encore la demie pour 0.12 secondes devant le français. L’allemand Pfannmöller, 3ème est à plus de 3 secondes. Le duel tant attendu en final aura bien lieu ! Estanguet s’élance le premier, la manche est belle, il prend la tête ! Mais rien n’est fait et on le sait. Martikan s’élance, il fume les décalés avec sa patte gauche magique, et arrive devant avec presque 2 secondes d’avance sur Tony. Martikan devient double champion Olympique après son titre de 2004. Quel spectacle encore. Soudain l’info tombe, Martikan a touché une porte et l’information avait tardé à arriver. Ça change tout ! Il passe donc second derrière Tony pour 0.1 seconde (encore) ! Tony Estanguet conserve son titre Olympique ! Que c’est beau ! 2-1 pour Tony La même année il remporte encore le classement général de la coupe du monde. 🥇

-2005 : vice champion du Monde devant Martikan à Sydney (Australie) 🥈

-2006 : Enfin champion du monde ! le seul titre qui lui manquait devant Martikan à Prague (République Tchèque). Il est également champion d’ Europe à l’Argentière-la-Bessée (France) devant Martikan 🥇🥇

-2007 : Vice champion du monde derrière Martikan à Foz do Iguaçu (Brésil) 🥈

2008 – Porte drapeau en échec…

-2008 : Tony est porte drapeau de la délégation française. On attend encore un duel de folie en finale des Jeux de Pékin. Malheureusement Tony n’a jamais réussi à jouer avec le bassin chinois. Il sort en demi-finale. Martikan lui remporte les qualifs, la demie et la finale ! 2-2 !

-2009 : Il change d’entraîneur, et commence à travailler avec Sylvain Curinier et son frère Patrie. Il devient encore Champion du Monde à Seu d’Urgell (Espagne) devant Martikan. Il est également vice Champion d’Europe à Nottingham (Angleterre) derrière Martikan 🥇🥈

-2010 : Champion du Monde une nouvelle fois devant Martikan à Tacen (Slovénie) 🥇🥈

-2011 : Champion d’Europe à Seu d’Urgell (Espagne) Martikan ne rentre même pas en finale. Les mondiaux sont remportés par le français Denis Gargaud. Aucun des deux cowboys ne monte sur le podium. 🥇

2012 – l’apogée!

-2012 : Il décroche un 4ème billet consécutif pour les jeux olympiques à la déception de Denis Gargaud.

Avant les jeux il remporte la coupe du monde de Pau avec une manche de folie, une belle illustration de l’état de grâce (ou flow). Je vous laisse vous régaler devant ce bijou. Il gagne avec près de 8 secondes d’avance ! Il aurait fait second dans la catégorie kayak homme pour 6 dixièmes de seconde derrière Etienne Daille. 🥇

On peut parler de l’une des plus belles manche de la décennie.

Il est également vice Champion d’Europe à Augsburg (Allemagne) 🥈

Le récit des JO 2012

Les JO maintenant. Ces jeux sont très bien racontés dan son film. Il part juste après Martikan qui enflamme Lee Valley avec un temps canon, reléguant l’espagnol Elosegi à plus de 4 secondes ! L’ultime duel des géants est lancé ! La manche de Tony est dingue (presque autant que Franck Adisson aux commentaires !) Je vous laisse en profiter en vidéo. Il prend la tête devant le slovaque. Il en reste 2 et l’allemand Sideris Tasiadis vient s’insérer entre les deux rois. 3-2 pour Tony 🥇

Il arrêta sa carrière sportive suite à ces jeux.

15 ans de domination

Estanguet a développé, tout au long de sa carrière, une relation très particulière avec le Slovaque Michal Martikan, dans ce qui constitue l’un des grands duels du sport moderne. Entre 1996 et 2012, ils remportèrent à eux deux les 5 titres olympiques mis en jeu (deux pour Martikan qui est sur tous les podiums, et trois pour Estanguet) et 7 des 10 titres de champion du monde (quatre pour Martikan, trois pour Estanguet . Seuls ceux de 1999 (Emmanuel Brugvin) 2005 (Robin Bell à domicile en Australie) et 2011 (Denis Gargaud Chanut) leur échappèrent. Terminant d’ailleurs bien souvent réciproquement deuxième derrière l’adversaire privilégié et écœurant toute une génération de céistes face au manque de place au sommet.

Sans qu’on puisse parler d’amitié, un profond respect mutuel caractérise la relation entre le petit, passablement taciturne, extrêmement musclé et surdoué athlète slovaque, et le français, beaucoup plus grand, plus mince et plus ouvert.

Je n’ai que peu parlé des coupes du monde ou des courses par équipe. Il est d’ailleurs dans la dernière patrouille championne du monde avant l’ère slovaque (en 2007) avec ses équipiers Nicolas Peschier et Pierre Labarelle.

Martikan lui continue toujours sa carrière, un petit miracle quand on connait la densité en Slovaquie et son âge (il aura 41 ans le 18 mai). Il est l’athlète le plus médaillé de l’histoire des championnats du monde, mais ça c’est une autre histoire …



Auteur: Mathieu Monier

Titulaire d’un DEJEPS, ex-athlète de N1 slalom, né dans un kayak (son père Thomas est médaillé aux mondiaux 2002 à BSM), et passionné de slalom, vous propose chaque jour un focus sur un athlète ou un équipage qui a laissé sa trace dans l’histoire du slalom. A destination d’abord des jeunes du club où il est entraîneur (CKLOM – Lyon), avec ses mots et ses impressions, il raconte en quelques paragraphes ces carrières qui l’ont marqué.

X
CKM

GRATUIT
VOIR